SOS cookies !

DSC_0797_th DSC_0794_th

En voici une idée géniale !!

C’est un petit cadeau de fin d’année offert par une de mes élèves… J’ai adoré l’idée, au concept très original et au résultat vraiment surprenant : tous les ingrédients pour réaliser une bonne cinquantaine de cookies sont dans le bocal…Pour le reste, il n’y a plus qu’à suivre la notice jointe !

Je ne connais pas les doses exactes mais le contenu était celui-ci : farine+flocons d’avoine+pépites de chocolat+sucre roux+sucre blanc+cerneaux de noix.

En élève studieuse, j’ai strictement suivi les consignes…

DSC_0801_th DSC_0803_th

DSC_0804_th DSC_0805_th

 Et voici le résultat ! Miaaammmm !

DSC_0808_th

Ce soir la lune est belle …

DSC_0785_th

Au clair de la lune,
Mon ami Pierrot,
Prête-moi ta plume
Pour écrire un mot.
Ma chandelle est morte,
Je n´ai plus de feu,
Ouvre-moi ta porte,
Pour l´amour de Dieu.

Au clair de la lune
Pierrot répondit :
« Je n´ai pas de plume,
Je suis dans mon lit.
Va chez la voisine,
Je crois qu´elle y est,
Car dans sa cuisine
On bat le briquet.

Au clair de la lune
L´aimable lubin
Frappe chez la brune,
Elle répond soudain,
Qui frappe de la sorte?
Il dit à son tour :
Ouvrez-moi la porte
Pour l´amour de Dieu.

Au clair de la lune,
On n´y voit qu´un peu :
On chercha la plume,
On chercha le feu.
En cherchant d´la sorte
Je n´sais c´qu´on trouva,
Mais j´sais que la porte
Sur eux se ferma

{Variante:}
Au clair de la lune
Pierrot se rendort.
Il rêve à la lune,
Son cœur bat très fort;
Car toujours si bonne
Pour l´enfant tout blanc,
La lune lui donner
Son croissant d´argent

Commentaires explicatifs de la chanson que nous connaissons tous et qui fait évidemment partie du répertoire des chansons enfantines de tous les parents et enseignants  ! Et pourtant… 

D’après certaines sources, la version originale disait Prête-moi ta lume plutôt que Prête-moi ta plume. Lume vient du mot lumière et c’est ce dont on a besoin pour écrire lorsque la chandelle est morte. On a donc la demande, « la lumière (lume) pour écrire un mot » et la justification de cette demande, « ma chandelle est morte, je n’ai plus de feu ». Il faut donc du feu pour rallumer la chandelle et avoir ainsi de la lumière (lume). Cette version est plus cohérente avec la voisine qui bat le briquet, c’est-à-dire qui allume son feu, et pourra rallumer la chandelle. Ce sens est perdu avec « Prête-moi ta plume ».Cependant la version officielle serait cohérente si le protagoniste cherchait deux choses : une plume pour écrire et du feu pour sa chandelle. Ainsi dans le premier couplet la demande de feu serait alors sous-entendue dans « ma chandelle est morte je n’ai plus de feu ». Dans le second couplet la version modifiée donnerait « je n’ai pas de lume, je suis dans mon lit » ce qui signifierait que puisque Pierrot est dans son lit, alors il a déjà éteint ses lumières. Mais la version originale « je n’ai pas de plume, je suis dans mon lit » peut être toute aussi logique si Pierrot explique qu’il n’a pas de plume pour son ami et qu’il est dans son lit (sous entendu qu’il a déjà éteint le feu de ses chandelles). De même, pour le quatrième couplet, la version modifiée « on chercha la lume, on chercha du feu » produirait une phrase redondante, alors que la version officielle « on chercha la plume, on chercha du feu » contient deux informations.

Jusqu’ici, pas de quoi casser trois pattes à un canard… Mais la suite va devenir beaucoup plus intéressante…

À travers des termes comme Lubin (moine dépravé), chandelle, battre le briquet (désigne l’acte sexuel) et le dieu d’amour, les paroles ont en réalité des sous-entendus d’ébats amoureux. Ainsi, rallumer le feu (l’ardeur) lorsque la chandelle est morte (on ne peut plus être clair !) en allant voir la voisine qui « bat le briquet » peut être interprété de façon clairement lubrique.

 

 

 

Chaussons aux pommes-cannelle super faciles !

Il est bientôt quatre heures et il commence déjà à faire faim… Pour un goûter improvisé, rien de tels que de petits chaussons dorés fourrés sortis tout droit du four !

DSC_0781_th

Ingrédients :

  • une pâte feuilletée
  • 3 pommes
  • un sachet de sucre vanillé
  • une pincée de cannelle
  • un jaune d’oeuf avec un peu de lait pour la dorure

 

Préparation :

1. Couper les pommes en petits quartiers et les faire fondre dans une casserole. Ajouter un peu d’eau et faire cuire tout doucement à feu doux jusqu’à les transformer en compote.

2. Retirer du feu et broyer le tout avec une cuillère le plus finement possible.  Ajouter la cannelle et le sucre selon son goût.
3. Étaler la pâte feuilletée, couper des ronds avec l’envers du moule Tup’ , placer le rond de pâte dans le moule et mouiller un peu le bord. Y déposer une bonne cuillère de compote et fermer les bords en prenant soin de bien les rabattre.
4. Dorer au pinceau avec un mélange jaune d’œuf et lait.
5. Mettre au four à 230°C,  environ 15 à 20 minutes.
DSC_0782_th

Pavlova ou le petit nuage de framboises

Pour 4 personnes, il vous faut :

500g de framboises (fraiches ou surgelées)

 – pour la chantilly :

50 cl de crème liquide (ou une bombe de chantilly toute prête si vous êtes pressés)

 – pour la meringue :

2 blancs d’œuf vieillis

125g de sucre

1 filet de jus de citron

 

Réalisez d’abord les meringues (la veille, c’est l’idéal). Pour cela, montez les blancs en neige mélangés au jus de citron puis ajoutez le sucre en une seule fois quand ils commencent à monter. Battez ensuite pendant 5 minutes. Garnissez une poche à douille, réalisez les meringues et faites-les cuire à 90°C pendant 1h et à 85°C pendant une heure supplémentaire. Sortez-les du four et réservez-les. Émiettez-les avant de dresser votre dessert.

Au dernier moment, montez la crème en chantilly.

Dressez ensuite vos verrines : une couche de meringues, une couche de chantilly et une couche de framboises, puis une nouvelle couche de chantilly et enfin une couche de meringues. Vous pouvez placer quelques framboises pour la décoration.

Un dessert très léger, parfait pour l’été.